La difficulté de réaliser une randonnée dans le parc Torres del Paine en 2017

Le village de Puerto Natales, au Chili, est connu comme étant l’endroit idéal depuis lequel préparer un trek dans le très prisé parc national Torres del Paine. Nous nous y arrêtons donc pour finaliser les quelques préparatifs avant de passer deux jours dans le parc.

Cette année (2017), les choses ont changé, il est beaucoup plus difficile pour les backpackers/voyageurs au long court/petits budgets de venir randonner à leur guise. De nombreux campings gratuits du parc ont fermé (il n’en reste plus qu’un), et les réservations sont devenues obligatoires dans les refuges et campings gérés par les compagnies privées de Fantasticosur et Vertice. Résultat, ils sont réservés des mois à l’avance, rapidement complets, et pour ceux où ils resteraient de la place, les prix sont exorbitants. Payer plus de 100 euros son emplacement de camping, ça fait un peu mal quand même. Le trek du W, 5 jours dans le parc, n’est donc réalisable que si on si prend 6 mois à l’avance ou si on vient de gagner le gros lot au loto. Beaucoup de personnes qu’on a croisées se sont découragées, et ont préféré passer leur chemin pour se rendre directement à El Chalten, où la randonnée y est « meilleure marché ». Quel dommage tout de même.

De notre côté, nous n’avons pas voulu en faire de même. Nous avions par chance anticipé un peu notre arrivée, et avions pu réserver une nuit dans un camping à un prix raisonnable.

Après nous être procurés de quoi manger pendant 2 jours, avoir loué notre équipement (tente, sacs de couchage et tapis de sol), nous nous sommes rendus au magasin Erratic Rock pour assister au 3 o’clock talk, un briefing complet pour présenter les randonnées possibles dans le parc et les précautions à prendre. Nous finirons la journée dans l’auberge à préparer les sacs pour le lendemain.

Une végétation majestueuse, des pics grandioses, un glacier imposant

Nous prenons le bus à 7 :00 pour arriver à la Laguna Amarga à 9 :00 où une navette nous attend pour nous rendre au point de départ de la randonnée : le refuge de « Las Torres ». Les quelques gouttes de pluie et les nuages gris au dessus de notre tête ne nous laissent aucun regret quand à notre choix de ne pas monter jusqu’aux célèbres tours du parc.

Nous entamons notre marche en direction du camping Francès où nous passerons la nuit. Le chemin est relativement peu pentu. La première heure de marche s’effectue en compagnie de nombreux autres touristes arrivés avec les bus du matin. Petit à petit, chacun prend son rythme, les traileurs fous s’éloignent au loin devant nous, alors que les papis et mamies venus randonner à la journée prennent leur temps. Nous nous arrêtons après une heure de marche au premier point de vue de la journée. Un petit lac au pied des premiers sommets de la journée, avec en arrière plan, le Lago Nordenskjöld, un lac d’un bleu turquois surréaliste. Nous poursuivons en direction de ce dernier, que nous longerons le reste de la journée (sur une dizaine de kilomètres). Le chemin est légèrement vallonné. La vue sur le lac est magnifique. La végétation est splendide. Des arbustes « rouges » inondent le pied des falaises.

IMG_E3696
En admiration devant le lac Nordenskjöld
IMG_3658
La végétation rouge verdoyante du Torres del Paine
IMG_E3749
En chemin vers le camping Francès

Nous passons le refuge « Los Cuernos », situé au pied des montagnes du même nom, et attaquons le dernier tronçon d’1h30 conduisant jusqu’à notre camping. Nous arrivons à 16h, et sommes contents de poser nos sacs, qui commençaient à peser lourd. Nous montons notre tente sur une plateforme surélevée, dans la forêt qui jouxte le lac. Nous dinons vers 18h00, affamés après cette journée d’efforts. Il commence à faire froid, nous ne tardons pas pour rassembler la nourriture dans un sac, et la suspendre à un arbre. Les souris sont légions dans le coin, et dévorent (paraît-il) les sacs des campeurs pour engloutir toute sorte de nourriture ! Nous nous enfonçons dans nos sacs de couchage pour nous réchauffer et fermons nos yeux pour tomber quelques secondes plus tard dans les bras de Morphée.

Les matinées sous la tente sont rarement grasses pour nous, nous replions nos affaires rapidement et démarrons vers 7h30 notre marche du jour. Première pause 1 heure plus tard pour petit-déjeuner au pied des pics aux alentours, sous un ciel bleu parsemé de quelques nuages. Nous passons rapidement le camping « Italiano » pour nous lancer sur une portion de 3 heures de descente vers le refuge « Paine Grande ». Le trajet est comme la veille de toute beauté, nous avançons avec les pics des Cuernos dans le dos. La forêt que nous traversons a connu un incendie il y a quelques années, qui a laissé de grosses traces. Néanmoins, cela n’enlève rien au charme des lieux. Nous contournons des lacs, dans lesquels se reflètent les montagnes ; nous arrêtons prendre quelques photos. Nous croisons un lièvre en chemin, qui s’approche prudemment de nous avant de poursuivre sa route.

IMG_E3775
Pause petit-déjeuner au coeur d’une nature impressionnante
IMG_E3792
Los Cuernos
IMG_E3805
Les lacs tels des miroirs

Nous arrivons au refuge « Paine Grande » à 11h, suffisamment tôt pour permettre à Camille, dont les jambes commencent à être lourdes, de prendre le Catamaran de 11h30, nécessaire pour regagner la route de l’autre côté du lac et ainsi pouvoir rejoindre Puerto Natales. Quant à moi, je décide de poursuivre vers le glacier Gray, avec pour objectif de parvenir jusqu’au mirador offrant une vue panoramique sur celui-ci. Après 1h30 de marche, je parviens enfin au mirador et me pose 45 minutes pour admirer le paysage merveilleux qui s’offre à mes yeux. Le glacier majestueux au loin, des icebergs devant, flottant sur un lac d’un gris pur (le lac Grey porte bien son nom !).

IMG_0919
Le glacier Grey au loin

Je reprends le même chemin pour revenir au refuge. Arrivé à 15h, il me reste un peu de temps pour continuer à explorer le parc, je décide alors de partir vers le sentier faisant le tour du lac pour profiter encore un peu de la beauté des lieux.

IMG_0954
Finir la journée au bord du lac

18h30, il est temps de prendre le catamaran pour rejoindre Camille à Puerto Natales.

Ce court séjour dans le parc Torres del Paine nous aura tout de même permis d’en admirer toute sa beauté. Un joyau à ne manquer pour rien au monde. Si vous envisagez de venir en Patagonie, nous ne pouvons que vous conseiller de préparer votre trek dans le parc plusieurs mois à l’avance pour réserver les refuges ou campings à des prix raisonnables. Et si, comme nous, vous êtes un peu « orga au dernier moment », passez au moins une nuit dans le parc, vous aurez déjà un bon aperçu des nombreuses richesses qu’il renferme. Bonne randonnée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s