Retour dans le Desert… Après 2h de vol au départ de Santiago, nous arrivons à l’aéroport de Calama. Nous nous faisons happer par des agences de transfert qui nous proposent de nous amener directement à notre hôtel à San Pedro de Atacama pour 12 000 pesos chiliens (soit env. 16 euros). On accepte, par flemme d’aller en bus dans le centre de Calama pour trouver moins cher…

Après 1h30 de mini van, nous arrivons sous la chaleur, dans ce petit village tout en terre cuite. On se croit vraiment dans le désert.

Nous séjournons à l’hôtel « Casa de los musicos » que Ronan nous avait conseillé, tenu par une française mariée avec un chilien amoureux de la musique. Au premier abord, l’ambiance paraît agréable.

Nous décidons de réserver le tour de 4 jours dans le Sud Lipez et Salar d’Uyuni via notre hôtel. Elle nous garantit que nous avons le meilleur prix, soit 125 000 pesos chilien (env. 170 euros) par personne (nous apprendrons par la suite que les autres n’ont payé que 110 000 pesos).

Jour 1 : Sud Lipez, Laguna Blanca, Laguna Verde, Bains chauds, Laguna Colorada, Geysers

À 7h30 le lendemain matin, nous voilà partis pour la Bolivie. Nos acolytes de voyage sont des japonais adorables avec qui nous sympathisons tout de suite. Taka et Rika voyagent depuis plus d’un an et demi à travers le monde et semblent être des stars du voyage dans leur pays.

On en a de la chance de passer ces 4 jours avec eux!

Les 3 premières heures sont un peu longues car il faut passer la frontière Chili-Bolivie. Au niveau du passage de la frontière, il fait très froid. Une fois ce petit souci administratif passé, nous voilà partis pour le grand désert à la découverte du Sud Lipez.

Premier stop, nous découvrons les flamands roses, au milieu de la Laguna Blanca. Un vrai délice pour les yeux. Ces oiseaux roses sont si élégants qu’ils donnent l’impression de marcher sur l’eau, et lorsqu’ils s’envolent, ils frôlent de si près l’eau, que leur reflet s’y dessine parfaitement.

IMG_5135
Un joli flamand rose devant la Laguna Blanca
IMG_5142
3 frères allemands qui nous accompagneront durant ce tour de 4 jours

Après une petite demie heure de contemplation et de photos, nous partons pour la deuxième lagune, la Laguna Verde. Le point de vue se trouve en hauteur du lac, on aperçoit encore la Laguna Blanca sur la gauche et quelques 4×4 arriver au loin sur le chemin de terre. Ce stop est plus rapide et on repart aussitôt pour le prochain.

Nous attendons avec impatience le suivant, moment de la baignade dans les bains chauds naturels. Le décor est splendide, les bains sont face à une immense lagune parsemée de flamands roses. Une fois dans ce bon bain chaud, il est difficile d’en sortir. Les japonais nous racontent qu’il est difficile pour eux de se baigner en maillot car au Japon, dans les onsens (bains d’eau chaude) ils sont tous nus ! Mais tout ira bien, ils garderont bien leur maillot 😉

IMG_5170
Camille, zen, dans un bain chaud à plus de 4000 m d’altitude

Après le bain, c’est l’heure du déjeuner, et oui, l’eau ça creuse !

Après avoir avalé de la purée, beaucoup de légumes et de la viande, nous partons à la découverte d’une zone avec une forte activité géothermique.

Elle se situe à plus de 4 900 mètres d’altitude, de quoi faire mal au crâne et accélérer le rythme cardiaque. Je commence a vraiment sentir les sensations du mal de l’altitude; pour Paul, tout va bien, c’est un montagnard.

Les geysers sont impressionnants, ils crachent sans cesse beaucoup de fumée et l’odeur du souffre, semblable à de l’œuf pourri, est très forte. Dans chaque bassin d’eau bouillante, on peut voir un liquide opaque gris en ébullition, c’est comme si l’on avait été projeté sur une autre planète. Un vrai festival de couleurs, du jaune, au bleu en passant par le rouge et le gris. Nous sommes ravis de pouvoir assister à un si beau spectacle. Merci mère Nature.

IMG_1564
Activité géothermique à près de 5000 m d’altitude

Après 1h de route, nous arrivons à la Laguna Colorada. Je me sens de moins en moins bien à cause de l’altitude, entre étourdissement et maux de tête, je n’ai qu’une hâte, c’est d’arriver à l’hostel.

Il nous reste plus d’une cinquantaine de kilomètres à parcourir avant d’arriver au petit village qui nous accueillera pour ce premier soir. Dès notre arrivée, nous avons le droit à un café ou un thé avec des petits gâteaux. Je pars m’allonger car la douleur est insoutenable, une heure plus tard, je me sens encore plus mal. Un des japonais me en me donne un médicament pour lutter contre le mal de l’altitude. Je ne suis pas la seule dans cet état là, nous sommes au moins 4 à souffrir du mal de l’altitude. Les japonais ont l’air très au courant et nous donnent plusieurs conseils : boire beaucoup, aller souvent aux toilettes, marcher pour oxygéner le corps, éviter les gestes brusques. Une heure après, je me sens beaucoup mieux, nos amis japonais ont été de très bons conseils.

Après le dîner, nous nous endormons dans les bras de Morphée.

Jour 2 : Vallée « Coupe du Monde », « Rocher Chameau », « Little Italy », Rio Negro, Canyon Anaconda, lamas dans la vallée, bière artisanale

Ah heureusement mon corps s’est bien acclimaté à l’altitude, tout va beaucoup mieux après une bonne nuit de sommeil.

Au petit déjeuner, nous avons le droit à 2 très bons pancakes, nous sommes donc prêts pour repartir à la découverte de cette nature pleine de surprises.

Sur la route, nous admirons des paysages complètement différents de la veille : des grandes barrières rocheuses avec des plaines jaunes et vertes à perte de vue. Nous nous arrêtons au milieu de grandes roches pour en admirer une en forme de « coupe du monde » taillée par l’érosion du vent. La vue sur les cordillères rocheuses et les plaines est splendide, nous en prenons plein les yeux.

IMG_5234
Avec nos copains japonais 😀

Nous reprenons la voiture pour voir une autre formation rocheuse amusante, en forme de chameau. Paul saute sur l’occasion pour grimper dessus. La descente du chameau est plus rude, il ne s’y attendait pas à celle-là !!

IMG_1810
Paul sur son dromadaire !

Les japonais ont adoré l’idée, ils y grimpent aussi mais avec plus de difficulté. Paul, c’est vraiment le plus fort 😉 !

Après ce petit stop, notre super chauffeur, mâchant des feuilles de coca non stop, nous conduit jusqu’à d’autres barrières rocheuses. Celles-ci ressembleraient à une « petite Italie », formant des petits immeubles et maisons avec des ruelles. Il faut vraiment l’imaginer très fort pour que ça y ressemble.

Hop, tous dans le 4×4, direction Rio Negro. Une fois arrivés, nous marchons quelques centaines de mètres pour arriver en haut d’un point de vue et admirer le rio negro. La faune y est très riche, beaucoup d’animaux vivent dans ces roches et dans cette rivière : de nombreux oiseaux et des viscaches, sortent de petits lapins avec une longue queue. Nous y restons un petit moment, le temps est agréable, et tout le monde en profite pour se reposer.

IMG_1822
Le rio Negro

Prochain stop : le Canyon et le rio anaconda. Il ne faut pas avoir le vertige ! La vue est imprenable, des français qui avaient été au Grand Canyon nous ont dit que ce Canyon y ressemblait fortement. Quelle chance !

IMG_5294
Selfie en hauteur, avec vue sur le rio « Anaconda » !

Le déjeuner nous attend, nous avons tous très faim. Nous nous arrêtons dans un petit village complètement perdu dans ce grand désert. Il est bordé d’une petite rivière où plus d’une centaine de lamas viennent s’abreuver.

Après avoir bien mangé, nous nous installons dans notre 4×4, musique à fond, motivés à l’idée d’approcher des lamas de près.

Nous roulons pendant un bon moment dans une grande vallée très verte où nous apercevons plein de lamas. Le chauffeur s’arrête. A nous de jouer. Nous partons à la chasse aux lamas. Sans succès. Nous avons testé plusieurs approches : téméraire, en fonçant directement sur eux; furtive, en marchant en arrière; douce, en les prenant pour des petits chiens.

La seule photo que nous avons réussie à avoir est celle-ci :

IMG_5304
Dur dur de s’approcher près des lamas…

Nous avons de la chance car le prochain stop va faire du bien à nos papilles. Nous arrivons tout content à la cerverceria artesanal. Paul prend une bière au cactus, elle est rubis et vraiment bonne. On goûte les bières des allemands, autres compagnons de voyage, qui eux ont pris goûts quinoa et coca (la feuille pas la boisson xD). Je préfère prendre un jus d’orange pressé, mon ventre n’étant pas complètement remis du mal de l’altitude.

Cet arrêt fait du bien à tout le monde. Il est aussi l’occasion de plus parler aux autres groupes de touristes, tous très sympas.

Le soir, nous dormons à proximité du Salar d’Uyuni, dans un hôtel construit en sel. C’est très marrant, nous adorons l’idée.

Jour 3 : lever de soleil sur l’île des cactus d’Incahuasci, séance photos en plein milieu du salar d’Uyuni, statue Paris Dakar, foire artesanale, cimetière de trains, village d’Uyuni

Le réveil à 4h du matin est difficile, nous partons à 4h30 pour le Salar d’Uyuni. Il fait encore nuit. Notre chauffeur enlève les phares et met la musique à fond. C’est une sensation étrange de rouler en plein milieu de nulle part sans voir où nous allons.

Au bout d’une heure de route, nous arrivons au pied de l’île d’Incahuasci rempli de cactus. Les couleurs matinales commencent à peine à apparaître. Nous montons au sommet de l’île pour admirer le lever du soleil au milieu de cette mer blanche.

Il fait très froid, il y a beaucoup de vent, mais ce n’est pas grave, le paysage est spectaculaire. Le lever du soleil « freeze » tout le monde sur place. Un moment unique. Les couleurs sont merveilleuses ; orange et jaune s’entremêlent. Nous en profitons pour prendre des photos de cactus et pour admirer le Salar avec de la hauteur.

IMG_5387
Lever du soleil sur le salar. Les couleurs sont magnifiques.
IMG_5413
Le traditionnel saut…

Après deux bonnes heures, nous redescendons pour prendre le petit déjeuner au pied de l’île.

Il est temps de s’amuser à prendre des photos dans le Salar en jouant avec la perspective. Notre chauffeur nous amène, loin, très loin. Perdus dans la blancheur du paysage, nous trouvons le spot idéal pour faire des photos tous ensemble. Nous voulons être originaux mais avec toutes les photos qui ont déjà été prises, c’était difficile de faire aussi bien juste avec un iPhone. Mais le fun, c’est d’avoir les idées, de se placer pour les photos et après si le résultat n’y est pas, tant pis.

Voilà un petit medley des photos que nous avons pris avec nos compagnons japonais.

Une bonne heure plus tard, le chauffeur nous conduit jusqu’à la statue du Paris Dakar qui avait lieu dans le Salar en 2014. On sent que c’est l’heure de dire au revoir au désert de sel, c’est très triste, mais c’est la vie. Toutes les bonnes choses ont une fin.

L’heure de faire les souvenirs à sonner. Nous avons environ 40 minutes pour faire tous nos cadeaux de noël, soit plus d’une dizaine de cadeaux. C’est une blague, bien sûr, nous ne faisons pas tous nos cadeaux aussi vite ! Nous prendrons le temps plus tard à San Pedro pour choisir de jolis cadeaux pour nos proches.

Nous avons même le temps de goûter du lama ; ça a un goût très fort, similaire au goût de la chèvre (#souvenirDeMongolie). Pas ma tasse de thé.

Après avoir déjeuné du poulet et des pâtes, nous voilà partis pour le cimetière de trains. Une vraie aire de jeux pour les grands. Paul court pour escalader le premier train qu’il voit, se faufile entre les wagons, passe par les fenêtres, finit sur le toit… bref un petit parcours sympa où il faut tout de même faire attention. Nous nous amusons pendant une bonne heure à grimper sur le train.

IMG_5607
Le conducteur qui nous amène au paradis 😀

C’était le dernier stop que nous faisions avec ce chauffeur et avec les japonais. Arrivés à Uyuni, nous disons au revoir aux japonais, avec la promesse que nous nous reverrons soit en France soit au Japon.

Nous rejoignons deux bulgares avec lesquels nous allons faire le retour vers San Pedro et un tout nouveau chauffeur qui lui a toutes ses dents, contrairement à notre précédent (dont les feuilles de coca avaient fini par lui faire tomber !). L’un des deux bulgare parle couramment français, tous deux sont très sympa. Le voyage dure 3h en direction du village Villa Mar où nous avions dormi le premier jour. Nous discutons beaucoup de nos voyages respectifs et comprenons que ce sont de grands amoureux de la très haute montagne. Ils partent les prochains jours grimper 3 volcans de plus de 6 000 mètres de haut. Des vrais connaisseurs de l’altitude.

La soirée est très agréable, nos nouveaux compagnons sont vraiment marrants ! Nous goûtons à une liqueur à la pêche venue directement de Bulgarie. Un régal, mais très fort !

Nous nous endormons tôt car le lendemain, nous partons à 4h30.

Jour 4 : retour à San Pedro de Atacama

Nouveau réveil difficile. Nous savons déjà que nous n’allons faire que rouler jusqu’à la frontière, et ensuite patienter longtemps qu’un mini bus nous ramène jusqu’à notre hôtel à San Pedro.

Le lever du soleil est magnifique, nous profitons des paysages en roulant. Nous assistons même à un magnifique envol de flamants roses.

Nous prenons le petit déjeuner à la Laguna Blanca.

Après ça, c’est parti pour la galère du passage de la frontière et l’attente du mini bus.

Tout se passe bien, il y a un grand soleil, et finalement, l’attente n’est pas si insupportable.

Une fois arrivés à notre Hostel à San Pedro, nous ne rêvons que d’une chose : de fajitas, de guacamole et de repos. Notre programme de l’après-midi.

Ces quatre jours auront été incroyables. Nous avons vu tellement de paysages variés. Nous avons connus des gens très sympa. Et nous nous sommes même perdus dans un désert de Sel ! Un seul mot : Wahou !

PS : on était bien sur Terre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s